Hello les Geeks !

 

On se retrouve pour le test du 6ème opus d’une saga : Civilization (Oui on commence par la fin et pourquoi pas, hein ? Hein ?!)

 

Que m’est-il passé par la tête lorsque j’ai couru me procurer Civilization VI en octobre dernier ? Succomber à la mode d’avoir le dernier jeu, ou tout simplement l’envie de flinguer tout semblant de vie sociale ?

Et ne me trouvons pas de circonstance atténuante ! Tout amateur de la série des Civilization sait à quel point ce jeu est chronophage. Combien de fois a-t-on répété la supplique « encore un petit tour, juste un dernier petit tour » adressée les yeux larmoyants à, au choix : sa maman, sa moitié, son travail ou son lit.

A moins que vous n’ayez passé ces dernières années vidéoludiques au fond d’une grotte, vous avez certainement entendu parler de ce jeu de stratégie au tour par tour, plus précisément jeu 4X (pour eXploration eXpansion eXploitation eXtermination. On aurait pu aussi parler de 4 EX, mais ça c’est ce que tu risques de compter en passant trop de temps devant ton écran).

Le principe de Civilization : tu fondes ta ville. Tu explores les alentours. Tu exploites des ressources. Tu vas fonder une autre ville. Tu vas chercher querelle à tes voisins. Tu les annexes. Tu exploites leurs  tes ressources. Tu vas fonder une autre ville. Und so weiter, comme dirait Fréderic Barberousse.

20161113183019_1

L’Empire romain prépare à s’étendre, enfin s’il reste de la place

Cinq types de victoire sont désormais disponibles : au score, scientifique, culturelle, militaire et religieuse. Pour arriver à ton but, il faudra la jouer finaude, suivant trois axes principaux : la civilisation que tu auras choisie de développer, le type de carte du monde, et ce que mijotent tes ennemis.

Oui parce que se lancer en guerre contre Gandhi –dit aussi « grand prêtre de la paix mais qui a développé tellement d’alliances que tu te sens seul contre tous »– n’est peut-être pas une bonne idée. Par contre choisir les Vikings sur une carte composée d’énormément d’îles pour attaquer les rivages ennemis anglais à coups de Langskips, c’est peut-être plus logique.

gandhi

Gandhi, ou Papy se rebiffe

Le jeu ne perd en rien de sa belle mécanique, bien huilée au fil des ans. Par contre, gros point noir pour l’IA qui est soit stupide, soit trop belliqueuse, voire les deux. Tu gouvernes tranquillement ton petit bout de territoire quand Catherine de Médicis, logée à l’autre bout de la carte, te menace gratuitement des pires sévices du monde. Accompagnée de l’Espagnol Philippe II qui te traite soudain de Judas. On se calme les gars, je vous bombarderai plus tard !!

 civilization-vi-espagne-philippe-ii

Philippe II d’Espagne, une bonne tête de vainqueur

Autres petits défauts de ce Civilization : interface absente pour les ressources, et un jeu qui rame en fin de partie, particulièrement sur de grandes cartes.

Tout ceci est peu important face au grand plaisir de réécrire l’histoire. Ainsi, vous saurez que dans mes archives, Cléopâtre a attiré tous les touristes du monde, et pas qu’avec son nez et les Pyramides, mais aussi grâce au Machu Picchu et à la Cité Interdite (victoire culturelle). Gandhi a converti les empires voisins à la célèbre secte des gros sourcils (victoire religieuse). Quant à Harald, roi des Vikings, il a envoyé une colonie sur Mars en 1916 ( victoire scientifique)*.

*oui je sais, avec les Vikings j’aurais dû partir en bataille navale, mais avouez qu’un Drakkar posé sur la lune ça a de la gueule, non ?

 

Ce jeu est fait pour toi si :

 

« Dis, Cortex, tu veux faire quoi cette nuit ?»
« La même chose que chaque nuit, Minus. Tenter de conquérir le monde !»

Laisser les Aztèques construire la Tour Eiffel ne te pose pas de problème

Tu as beaucoup, BEAUCOUP de temps devant toi : une partie de 500 tours c’est de la gnognotte

 

Ce jeu n’est peut-être pas fait pour toi si :

 

Tu as ce qu’on appelle une vie

Tu as un doctorat en « Histoire et Archéologie des mondes anciens et des mondes médiévaux » et les anachronismes ça te pique les yeux

Tu ne penses qu’à débloquer le niveau 256 de Candy Crush. Non je retire immédiatement, si tu es aussi persévérant, viens faire un tour sur Civilization !

nerd

Voilà, 85 heures (décompte officiel Steam) passées à étendre mes territoires… et j’ai quand même une vie, avec un travail à temps plein, un chat à nourrir et des articles à écrire.  Et je ne parle pas de M. Ginkgo, qui, délaissé, est parti chercher du réconfort sur Fifa17. A chacun son dada !

Votre dévouée Ginkgo

 

Pour obtenir ton jeu Civilization VI, deux méthodes :

 

1/ Version boîte (désactive Adblock) :

2/ Version dématérialisée :

kinguin